Feed on
Posts

Un vif débat était attendu mardi soir au Conseil communal de Lausanne. Il a bien eu lieu. Avant de savoir si Lausanne allait adopter sa taxe au sac, l’ombre d’un report du vote a plané sur les débats. Craignant l’UDC, qui aurait pu demander ce report, la Municipalité s’est démenée pour que les élus adoptent le texte proposé. C’est que la majorité était acquise à la taxe casquette obey pas cher. «Repousser ce vote de deux semaines ne servira a rien d’autre que de mettre les Lausannois en difficulté», argumente notamment le syndic Daniel Brélaz. Mais la surprise est venue du PLR.

Très critique face à la Municipalité, l’UDC n’a finalement pas eu besoin d’imposer le report du vote. Au contraire, son représentant Philipp Stauber a émis une proposition qui a remué les convictions d’une partie des élus. Personne ne contestait la validité des futurs sacs à ordures, qui seront facturés 2 francs la pièce. En revanche, l’UDC a proposé de renoncer à une taxe de base – calculée sur le volume des habitations – au profit d’une taxe fondée sur la consommation électrique des ménages. Une idée saluée par le Vert casquette supreme Yves Ferrari, qui n’a pas fermé la porte à cette proposition malgré une validité juridique pas démontrée.

La proposition allait être balayée par la majorité. C’était sans compter sur les libéraux-radicaux. Chef du groupe PLR, Pierre-Antoine Hildbrand: «Visiblement, le débat n’est pas mûr», constate-il. Et de demander un report du vote, soutenu par l’ensemble de la droite au plénum. Une surprise de taille, y compris pour le seul municipal de droite, Olivier Français, qui défendait le projet de la Ville.L’interminable débat se poursuivait au sujet de la redistribution de 80 francs à tous les ménages lausannois, qui accompagnait la taxe poubelle. Une option vivement combattue par la droite, qui la juge notamment contraire au principe du pollueur payeur.

Mais le débat a butté sur les douze coups de minuit. Fallait-il poursuivre la discussion? Les questions de règlement l’ont emporté sur celles liées à la taxe poubelle. La question s’est réglée par le retrait d’un certain nombre de conseillers. Le quorum n’était plus réuni et la séance a été levée sur le champ, repoussant de fait l’adoption de la politique des déchets lausannois à la prochaine séance,ceinture gucci homme pas cher dans deux semaines.

Share